photo

Le Renard roux

Le renard roux

Biologie

Renard roux en hiver - © D. PépinLe plus souvent, le renard possède une magnifique fourrure rousse, la gorge et les lèvres sont blanches, une larme noire lui coule de l’œil sur le côté du museau, sa queue longue et touffue est terminée par un pompon blanc. D’autres individus, appelés « charbonniers », ont un pelage gris-brun sombre et la gorge grise, parfois noire. Ce pelage est plus rare que le précédent.

Empreintes de renard - © F. Gréban Les empreintes du renard ressemblent beaucoup à celles d’un chien de taille moyenne, mais elles sont un peu plus allongées. Lorsqu’on place une brindille qui passe par la base des deux pelotes antérieures, celle-ci touche l’extrémité des deux pelotes latérales sans les recouper si c’est un renard. La brindille empiète sur les pelotes latérales si c’est un chien. Dans la neige, la piste du renard a l’allure d’une guirlande qui oscille de gauche à droite selon les déplacements de l’animal.

Couple de renards - © D. PépinL’allure des crottes varie beaucoup selon son alimentation. Elles mesurent généralement de 4 à 8 cm de long sur 2 cm de diamètre avec une extrémité arrondie et l’autre effilée. En raison de l’échinococcose, il est vivement recommandé de ne pas les manipuler.

Jeunes renards - © D. PépinLe rut a lieu en janvier et février. Les jeunes, au nombre de trois à six, naissent après sept à huit semaines de gestation. La femelle met bas dans un terrier situé le plus souvent en forêt, dans un bosquet ou même dans une simple haie. Parfois, le gîte se trouve dans une anfractuosité de rocher, un tuyau de drainage à sec ou un tas de foin. Les renardeaux restent avec leurs parents jusqu’à la fin de l’été.

Alimentation

Campagnol terrestre (Arvicola terrestris) - © D. Pépin

Dans le Jura, l’alimentation du renard se compose principalement de petits rongeurs des prairies, notamment de campagnols terrestres et des champs. En période de pullulation, ils représentent de 50 % à 70 % des proies consommées. A l’automne, les baies et les fruits fournissent un complément important. Lorsque les populations de rongeurs des prairies sont faibles, le renard diversifie son alimentation. Régime alimentaire du renard roux en Franche-Comté sur la base de la fréquence d’apparition des restes contenus dans les fèces (d’après Giraudoux 1991) La proportion de rongeurs forestiers (mulots sp. et campagnol roussâtre), de fruits, de vers de terre, d’insectes augmente. Selon les études menées dans la région du Souillot (département du Doubs) et La Chaux-d’Abel (canton de Berne), le lièvre représente toujours moins de 5 % des proies consommées. Cette proportion ne varie pas en fonction de l’abondance des proies de prédilection du renard.

Présence dans le Doubs

Renard en forêt - © D. Pépin Dans le département du Doubs, le renard roux est présent partout quels que soient l’altitude et le milieu. On peut le voir en forêt, au bord des lacs, dans les marais ou dormant au soleil sur une vire rocheuse. Il s’aventure parfois dans les agglomérations, le plus souvent pour y chercher de la nourriture. Mais c’est dans les prairies et le bocage que son observation est la plus facile. Une étude réalisée par radiotélémétrie dans le Jura suisse a montré qu’un renard utilise une surface variant de 1,5 à 3 km². Il exploite essentiellement les milieux ouverts (prairies, pâtures, bocages) en été et en automne et les milieux boisés en hiver. Quotidiennement, un renard parcourt entre 4 et 12 km, moins si la couverture neigeuse est importante. Ses populations ont subit de fortes variations au cours des cinquante dernières années.
L’arrivée de la rage (en 1967 en Suisse et en 1968 en France) et les campagnes de destruction massives qui l’ont accompagnée se sont traduites par une diminution importante des effectifs. Face à l’échec des méthodes de destruction pour limiter la propagation de la maladie, des essais de vaccination orale des renards ont été tentés dès 1978 en Suisse. Cette méthode, développée à partir de 1986 en France, a abouti à l’éradication officielle de la maladie en 2001.

Renard dans une prairie - © D. PépinÀ la fin des années 1980 et au cours des années 1990, la population de renard a augmenté régulièrement, pour atteindre des niveaux supérieurs à ceux enregistrés avant l’épidémie. En corollaire à cette augmentation, des populations urbaines se sont développées dans quelques villes. En 1998, sur le versant français, une vaste campagne d’empoisonnement des campagnols terrestres avec la bromadiolone s’est traduite par une mortalité importante des renards. Il a fallu plus d’une décennie pour les effectifs soient reconstitués. Au milieu des années 2010, c’est une épidémie de gale sarcoptique qui a, une nouvelle fois, fait baisser sensiblement les populations vulpines.

Gilley (Doubs), le 11 juin 1997. Vers 20 heures, nous nous postons à l’affût près des terriers. Une demi-heure plus tard, deux petites têtes brunes apparaissent. Puis trois. Les renardeaux quittent prudemment le terrier, mais bientôt, ils se mettent à jouer sur l’esplanade. Ils bondissent l’un sur l’autre, se mordillent, s’énervent sur une branche sèche …
Blaireau - © F. Gréban Un peu plus tard, un blaireau quitte sa tanière. Les renardeaux cessent leurs jeux pour le regarder. Comme à son habitude, le blaireau commence par se gratter longuement puis il se rapproche de quelques mètres, se couche et … s’endort. Les trois renardeaux continuent de le regarder. la scène est alors la suivante : à dix mètres devant nous, il y a trois renardeaux, assis, qui nous tournent le dos et regardent un beau mâle de blaireau endormi une quinzaine de mètres plus loin.
Ces deux textes sont tirés du livre « Les mammifères de la Montagne jurassienne » aux éditions Néo-Typo et ont été légèrement modifiés. Ce livre est en vente sur le site du CPIE du Haut-Doubs.
Dernière mise à jour : 03/09/2018
COLLECTIF RENARD DOUBS
background